accueil
   

Laurent-Honoré MARQUESTE
Toulouse, 1848 - Paris, 1920
Portrait en buste d’Alexandre Falguière

Toulouse, 1831 - Paris, 1900

Plâtre original patiné
Signé sous la découpe de son épaule gauche : Marqueste
Datation : 1901
H. : 54 cm ; L. : 54 cm ; P. : 34 cm

*Vendu*

-----

Originaire de Toulouse, Marqueste se forme à Paris dans l’atelier de Jouffroy et d’Alexandre Falguière à l’Ecole des Beaux-arts. Autour de son professeur, il entre dans le fameux groupe des « Toulousains » avec Antonin Mercié, Injalbert, Puech et Carlès. Après son succès au Grand Prix de Rome en 1871 et son séjour romain, l’artiste entreprend une brillante carrière, exposant régulièrement au Salon de 1878 à 1910 des œuvres marquées par l’influence de Falguière dont on retrouve l’empreinte dans son style autant que par ses sujets tels que Suzanne surprise (marbre, 1884, collection particulière), Cupidon (marbre, 1883, Paris, musée d’Orsay), Galathée (marbre, 1884, musée de Chateaubriand) ou encore Nessus enlevant Déjanire (marbre, 1892, Paris, jardin des Tuileries). On lui commande également de nombreux bustes de célébrités comme celui de Saint-Saëns, Jules Dupré, Benjamin Constant, Ernest Reyer.
  
C’est en 1901 que Marqueste modèle le buste de Falguière un an après la mort de son maître. Il le représente à mi-corps, dans un ample costume, la tête tournée de trois-quarts et le visage volontaire. Quelques exemplaires de ce buste ont été exécutées : un en marbre exposé au Salon des Artistes Français de 1901 (Versailles, musée national du château) ; deux en bronze, l’un fondu en 1907 pour orner la façade de Glyptothèque de Copenhague, l’autre en 1910 pour l’Ecole de Beaux-arts à Paris ; enfin, deux plâtres, le premier conservé au musée d’Orsay, le deuxième que nous présentons. Cette dernière version présente un intérêt particulier à plus d’un titre. Par sa couture médiane, nul doute qu’il s’agisse ici du plâtre original. C’est aussi sur ce buste que l’artiste fait réaliser un moule à pièces comme en témoigne les nombreuses indications délimitant les différentes pièces du moules, indications précieuses pour comprendre les procédés techniques du sculpteur pour effectuer les autres tirages. 

BIBLIOGRAPHIE  : Edouard Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, Paris, 1931, t. II, p. 450 --- Anne Pingeot, Antoinette Le Normand-Romain, Laure de Margerie, Musée d’Orsay, Catalogue sommaire illustré des sculptures, Paris, RMN, 1986, p. 194-195y arlsberg Gly --- Anne-Birgitte Son, Catalogue French Sculpture, N.
 

 
|