accueil
   

Ernest NIVET
Levroux, 1871 – Châteauroux, 1948
Les Ravaudeuses

Haut-relief en plâtre
Signé sur la base : E. Nivet.
Datation : 1909
H. : 81,5 cm ; L. : 57 cm ; P. : 32 cm

-----

D’origine modeste, Nivet, qui montre très tôt des dispositions pour le modelage est placé en 1884 chez un tailleur de pierre à Châteauroux où il fréquente le soir l’école municipale de dessin. Entré à l’Ecole des Beaux-arts de Paris en 1891 dans l’atelier de Falguière, il devient au même moment l’un des praticiens de Rodin pendant une période de trois ans, côtoyant Camille Claudel ainsi que Pompon avec lequel il conserve des liens d’amitié toute sa vie. Soucieux de retrouver son pays natal et d’échapper à l’emprise impérieuse de Rodin en dépit de l’admiration qu’il éprouve pour lui, Nivet retourne à Châteauroux, puis expose au Salon des Artistes français, des 1897, et ce pendant une cinquantaine d’années, gagnant plusieurs distinctions parmi lesquelles une médaille d’or au Salon de 1923 et surtout le Grand Prix international de sculpture en 1937. Puisant au sein du monde rural dont il est issu l’inspiration créatrice de l’ensemble de ses œuvres, Les Ravaudeuses, exposées au Salon de 1909 avec un jeune berger, constituent un parfait exemple de son art d’inspiration paysanne, à la suite de Millet, de Dalou et de Constantin Meunier qui tous ouvrent la porte de leur atelier au monde des ouvriers et des paysans. Paul Vitry, qui remarque l’œuvre de Nivet, écrit à son sujet :
  
« M. Nivet, au contraire, aime le pittoresque précis et la finesse de l’observation. [ ] Mais les Ravaudeuses, du même artiste, debout sur le seuil de leur porte, ont un charme simple et familier qui rappelle celui de certaines œuvres des sculpteurs gothiques, originaires, comme M. Nivet, du centre de la France, les imagiers de l’hôtel Jacques Cœur à Bourges ».

BIBLIOGRAPHIE   
Paul Vitry, « La Sculpture aux Salons », Art et décoration, 1909, II, p. 27-28  
  

 
|